Exemples d’indicateurs de Supply Chain à optimiser

Téléchargez 17 fiches outils gratuites simplement en vous inscrivant dans ce formulaire…


Indicateurs de suivi des niveaux de stock :
Le niveau de stock est suivi par la rotation du stock. La rotation du stock exprime en nombre de jours le temps que reste le produit en stock avant d’être vendu. Il se calculera , sur la base d’un stock à J, divisé par les ventes moyennes par jour.

Indicateurs de suivi de la fiabilité des prévisions :
La fiabilité des prévisions porte sur les prévisions de ventes et les prévisions de commandes. Il exprime le % des ventes ou des commandes prévisionnelles établies sur N-1 par rapport au réalisé en N. Il peut être calculé en chiffre d’affaires et / ou en quantité et établie entre les différents maillons de la chaîne d’approvisionnement (centre d’éclatement de l’industriel, le point de vente, le centre de distribution du revendeur). Par exemple pour une prévision de vente de 160 et un réalisé de 200, nous obtenons un écart de prévision de 20% (40/200) ce qui nous donne une fiabilité de prévision de 80%.

Indicateurs de suivi du taux de service dans la chaîne d’approvisionnement :
Le taux de service peut ici porter sur les lignes de commandes, sur les quantités ou sur le nombre de palettes. Le taux de service se calcule en divisant ce qui est livré par ce qui est commandé. Cet indicateur pourra introduire la notion de « livré à temps » ou « hors délai » (les livraisons hors délai pouvant ne pas être comptabilisées.

Indicateur de suivi des reliquats de commandes :
Un indicateur établissant le nombre de jours de retard peut être mis en place. Celui-ci se basera sur le nombre de jours de retard par rapport à la date de livraison fixée dans la commande (à la ligne).

Indicateurs de suivi du taux de service au consommateur :
Pour la vision du taux de service côté consommateur, deux indicateurs peuvent être exploités : d’une part le taux de service en linéaire qui consiste à calculer le nombre de jours (ou d’heures) où le produit était disponible en linéaire sur une durée totale prédéfinie en amont (au mois ou à la semaine par exemple). D’autre part, le taux de rupture en linéaire calculé sur un nombre de relevés de disponibilité du produit. Par exemple si le produit était disponible 9 fois sur les 10 derniers relevés, le taux de rupture est de 1/10 soit 10%.

Indicateurs de suivi des délais :
Concernant le suivi des délais, nous disposons de deux indicateurs. Le premier définit en nombre de jours (ou d’heures) le délai entre le passage de la commande et sa réception. Le deuxième concerne la production. Il établit le délai de production et se calcul en déterminant le nombre de jours (ou d’heures) écoulés entre l’ordre de fabrication et la réception de la commande.

Indicateurs de suivi des modifications non prévues :
Ce suivi peut se réaliser avec plusieurs indicateurs.
Une approche des commandes urgentes pourrait être réalisée en divisant le nombre de commandes livrées dans un délai inférieur au délai contractuel, divisé par le nombre total de commandes.
Un deuxième indicateur permet de déceler l’évolution du nombre de modifications apportées sur un plan commercial.
Un dernier indicateur permet de comptabiliser le nombre de modifications dans l’introduction des nouveaux produits (dates d’introduction, produits lancés…etc.)

Indicateur de suivi des invendus :
Cet élément peut être suivi en observant le taux de vente des produits obsolètes et/ou le stock résiduel en fin de campagne promotionnelle.

Indicateurs de suivi de la diffusion des produits en magasin :
Les indicateurs de suivi de diffusion expriment la présence des produits en magasin. La distribution numérique exprime le % des magasins disposant d’une référence produit par rapport à un univers de magasins, une enseigne ou une zone géographique par exemple. La « distribution valeur » correspond à la distribution numérique pondérée par le chiffre d’affaires du magasin.

Indicateurs de suivi des ventes :
Le taux de fidélisation des clients, l’évolution de parts de marché, l’évolution de quantité de produits vendus par acheteur ainsi que l’évolution du volume des ventes.

Indicateurs de suivi de la planification :
La performance de la planification peut être mesurée en comptant le nombre de jours qui séparent le plan promotionnel du début de l’action commerciale en magasin.
Il peut également être évalué en nombre de jours séparant la date de remontée des commandes et la date d’approvisionnement des produits.

Indicateurs de suivi des contraintes de distribution :
L’optimisation des contraintes de distribution se focalise sur le remplissage des camions et le coût de transport. Les indicateurs existants peuvent exprimer un taux de remplissage. Celui-ci est calculé en divisant le nombre de camions complets (les camions étant remplis à plus de 95% étant considérés comme complets) par le nombre total de camions livrés.
On peut également définir un taux de remplissage moyen par camion en divisant le nombre de palettes chargées par le nombre de places disponibles dans le camion. L’inactivité des camions peut également être évaluée en comptabilisant le nombre de kilomètres à vide et en le divisant par le nombre total de kilomètres parcourus.
Concernant le coût de distribution : un ratio de la totalité des coûts de transport ramené au chiffre d’affaires peut être mis en place.

Indicateurs de suivi de synchronisation des données :
Concernant la synchronisation des données : un indicateur de conformité des
factures peut être analysé. Celui-ci s’obtient en divisant le nombre de lignes de factures correctes par le nombre de lignes de factures totales.

J’espère que ce petit échantillon d’indicateurs de la Supply Chain vous donnera des idées de lancement de projet LSS. N’hésitez pas de laisser des commentaires si vous avez des doutes sur le bienfondé d’un choix d’indicateur…! ;-)

———————————–
Retrouvez des publications quotidiennes sur mon nouveau blog Excellence-operationnelle.tv

Did you enjoy this post? Why not leave a comment below and continue the conversation, or subscribe to my feed and get articles like this delivered automatically to your feed reader.

Comments
  • J’ai une petite remarque vous n’avez pas parlé des indicateurs du transport. Est ce que vous ne la considérez pas comme maillon de la SCM. J’espére avoir une réponse.
    Bon courage et merci;)

  • Bonjour M. Anonyme ;-)
    Effectivement le seul indicateur lié à la problématique de transport est celui du suivi des contraintes de distribution (l’avant dernier cité).
    Cette liste ne se voulait pas exhaustive. C’est juste une petite liste d’indicateurs qui peut permettre d’éveiller l’envie de lancer un projet LSS.
    Au plaisir de vous lire.

  • Merci pour la réponse, mais je pense que le transport ne se limite pas en aval de la chaine, on le trouve aussi en amont et en intérieur -d’où le besoin de son optimisation- c’est pour ça que je vois qu’il faut le citer à part.
    Nb:Si vous avez un exemple d’un tableau de bord du transport merci de me l’envoyer sur mn émail « diouramo@gmail.com »
    Cordialement

  • Je pense comme vous que le transport ne se limite pas à cela… ;-)
    Je le répète : ce n’est qu’une liste d’indicateur non exhaustive…
    Malheureusement je n’ai jamais eu à travailler sur un problématique d’optimisation d’une entité de transport. Je ne suis donc pas à même de vous communiquer un tableau de bord… Mais si vous allez faire un tour sur la toile je pense que vous y trouverez votre compte…!
    Vous pouvez consulter le portail http://www.manager-go.com par exemple… ;-)

    Salutations.

  • Bnj je suis eudiante en 2eme année et je prépare un PFD sous le théme « conception d’un tableau de bod de gestion »et je n’ai jamais eu travailler sur cette problématique.Si avez un exemple d’un tableau de bord de gestion merci de me l’envoyer sur mn émail “tgc_foufou@hotmail.com

  • Bonjour,

    je suis actuellement en master de Logistique en alternance. Voilà il m’a été confié la gestion des retours en entreprise, et je galère un peu dans la mesure où j’aurais besoin d’un coup de main pour intégrer et enrichir par la suite mes tableaux, notamment les tableaux croisés dynamiques. J’aimerais savoir quelles infos essentielles je pourrais croiser pour démontrer la pertinence de cette gestion

    Merci à vous par avance!

  • Bonjour a tous, merci pour ces informations. J’ai une problématique plutôt intéressante a vous soumettre. Je cherche a réaliser un TB pour un handler (traitement du fret aérien a l’import et a l’exportation). Le souci c’est qu’on ne retrouve pas la gestion de flux habituel qu’on peut voir dans un entrepôt classique. Par exemple pas de stockage donc pas de tx de rotation, pas de cde client, ect … J’aimerais avoir des idées et je vous en serait très reconnaissant. Cordialement.

  • Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.